Vézelay (la basilique Sainte-Marie-Madeleine)

Je suis arrivé en haut de la colline de Vézelay aux derniers rayons du soleil. J’avais trop traîné sur le chemin. La façade, en réfection ainsi que le narthex, était entièrement recouverte d’un échafaudage et d’un filet de protection au travers desquels peu se laissait voir.

20190531_2129157836447538093433171.jpg

Passée la façade, le chantier disparaît. On peut faire le tour de la basilique dans le soleil couchant et admirer le clocher du transept et quelques éléments extérieurs du chœur dans leur blancheur retrouvée.

A cette heure tardive, l’église était fermée. Ce n’est que le lendemain matin que j’ai pu y entrer. La nef est plus belle que je ne m’en souvenais. Quand j’étais venu à Vézelay avec Katia, c’est la blancheur du chœur et la somptuosité du narthex qui m’avaient frappé.

Cette fois-ci, c’est la couleur de la pierre utilisée dans la nef qui m’a ébloui et apaisé. Une couleur délicate et tendre, qui fait penser au miel et à l’ambre, et dont les chapiteaux blancs se détachent avec éclat. Une couleur douce et sucrée de pain d’épices.

C’est dans la crypte que reposent les reliques présumées de Marie-Madeleine, ces reliques qui firent de Vézelay le centre de pèlerinage qu’il devint au XIème siècle et justifièrent l’édification de la basilique.

D’épaisses colonnes tantôt rondes et tantôt cannelées en trompe-l’oeil sur lesquelles repose un décor de fausses briques fleuries, un Christ en majesté écarquillant les yeux et paraissant près de chuter et, au fond d’une niche constellée, le reliquaire.

Durant les travaux, le narthex n’est pas visible. On le traverse à l’abri d’un couloir de bois aggloméré qui empêche de voir quoi que ce soit.

Mais durant les travaux aussi, des visites de l’échafaudage sur lequel travaillent les personnes chargées de la restauration du tympan sont organisées, qui permettent (abstraction faite de tous les entrecroisements de barres de fer) de voir le tympan de près et à hauteur d’homme, ce qui n’est ordinairement pas le cas.

Il y a les scènes.

20190601_0915393174101783628758078.jpg

Il y a les médaillons.

Il y a la scène centrale du tympan, avec les apôtres (qui ont perdu leur tête) porteurs chacun de leur évangile et avec le Christ s’élevant et dispensant ses rayons sir chacun de ses apôtres.

Du Christ lui-même, on ne voit que très difficilement le visage qui est caché et dans l’ombre mais on peut voir en pleine lumière ses vêtements qui ondulent et rayonnent avec grâce.


Au retour dans la nef, il y a les chapiteaux. Les chapiteaux et les histoires qu’ils racontent.

 

Le châtiment de l’avarice (45)
Le meurtre de l’Égyptien par Moïse (49)
David et Goliath (50)
La mort d’Absalom (53)
Combat entre deux démons (55)
Moïse et le veau d’or (56)
La légende de Sainte-Eugénie (59)
Le basilic (74)
L’exécution du meurtrier de Saül (60)
Moine assistant à une scène de torture (62)
Adam et Ève (65)
La tentation de Saint-Benoît (31)
La bénédiction de Jacob par Isaac (30)
La lutte de Jacob contre l’ange (29)
La musique profane et la musique sacrée (6)
Daniel entre les lions (27)
David et le lion (24)
La mort de Lazare et du mauvais riche (21)
Le moulin mystique (20)
La Balance et les Gémeaux (19)
La conversion de Saint-Eustache (17)
La luxure et le désespoir (15)

Les démons de Vézelay ne sont pas entièrement sombres. Ils ne sont pas machiavéliques. Leur corps et leur visage disent ce qu’ils sont.

Quand je suis sorti de la basilique, le soleil était haut, éclairant les pierres et les fleurs.




J’ai photographié le panneau qui détaille les travaux menés puis suis allé à la librairie La Pierre d’Angle, que tiennent les Fraternités monastiques de Jérusalem.

Une soeur m’a chaleureusement conseillé le Guide de Vézelay qu’elles avaient édité ; pour les chapiteaux,  j’ai pris le dernier exemplaire des Histoires lapidaires d’Édith de La Héronnière.


En redescendant,  j’ai discuté avec un caviste qui lisait la biographie que Romain Rolland avait faite de Charles Péguy. Je ne savais pas que Romain Rolland avait écrit un tel livre. Romain Rolland qui était mort ici, dans cette même rue,  ce que je ne savais pas non plus.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez 1 autre abonné

Aldor (le blog)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Toi qui m’as fait, Dieu, si je dois,
Innocent, ne jamais mourir,
Ah ! Pourquoi donc as-Tu, pourquoi,
Chargé la Mort de me nourrir ?

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

La douceur implique le corps, c’est-à-dire l’idée et la sensibilité d’un corps que la douceur aurait éduqué, élevé, anobli. Sa puissance distillée par les sens.

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

“Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante, pour avoir cru, pendant des millénaires, que chutent les Anges par amour des filles belles, alors que le meurtre et la guerre passent pour héroïques et forts.

Les racines du ciel

Les racines du ciel

Il croit à la nature, y compris la nature humaine, que vous tous ne faites que calomnier, il croit que l’on peut encore agir, sauver quelque chose, que tout n’est pas irrémédiablement voué à la destruction.

Improvisations

Etre soi ?

Etre soi ?

C’est toujours soi qu’on rejette en l’autre.

Egalité, fraternité, solidarité

Egalité, fraternité, solidarité

La solidarité, en effet, c’est un peu, ou essentiellement cela : de la fraternité qui est conçue et mise en oeuvre dans le respect de l’exigence sociale d’égalité.

Le sourire de Gabriel

Le sourire de Gabriel

Il y a le sourire de Gabriel, qu’on voit planer sur les lèvres de l’ange de l’Annonciation, par exemple sur cette jolie statue rencontrée à Dixmont, sur le chemin de Vézelay.  Ce sourire, qui est aussi celui du Ravi des santons de Provence, émane de l’intérieur et n’est destiné à personne. Il est la manifestation…

Quand les moutons broutent, ils font du bruit

Quand les moutons broutent, ils font du bruit

Quand les moutons broutent, ils font du bruit. On entend distinctement le bruit de l’herbe arrachée par les dents et celui, plus doux, de la mastication.
Mais il faut, pour entendre ce bruit, être dans le silence.

Images

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire