Sens (la cathédrale Saint-Etienne)

De Sens, je n’ai pas vu grand-chose. La cathédrale essentiellement, et encore était-elle fermée à l’heure tardive où j’y étais.

J’ai cependant bien aimé cette ville, tranquille et bâtie de grandes maisons et de grands hôtels qui font penser à Toulouse. Une Toulouse aristocratique qui n’aurait pas poursuivi son développement mais qui aurait conserve les oripeaux de sa grandeur passée. Une vraie ville, qui fut puissante et qui est endormie.

La cathédrale était fermée mais j’en ai fait le tour pour admirer les statues, les visages et les petits bas-reliefs dont la facade et les tours sont emplies.

De l’extérieur, la cathédrale est dissymétrique et elle nest pas accessible de tous côtés.

Sur le trumeau, figure Etienne, à qui est vouée la cathedrale. Il est superbe avec son livre et sa bure plissée.

Il y a les voussures, riches, même si les saints ont, pour la plupart, perdu leur tête à la Révolution.

Il y a les têtes, d’hommes et de femmes mais parfois aussi d’animaux, qu’on voit sculptées à différents niveaux.

Et puis il y a le bestiaire sculpté autour du portail central, et les bêtes des bouts du monde qui y figurent. On reconnaît dans les photos prises une autruche montée, un éléphant, un griffon ; je ne sais quel est le deuxième animal.

Tout près de la cathédrale, il y a maison des enfants de choeur dont la porte est surmontée d’une magnifique coquille Saint-Jacques dont émergent des corps.

Et puis il y a le Palais épiscopal, et puis les halles, et puis la bière, qui porte le nom de Thomas Becket, archevêque de Canterbury qui, fuyant l’Angleterre, se réfugia quelques jours à Sens à la fin de 1164.

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 2 autres abonnés

Aldor (le blog)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Toi qui m’as fait, Dieu, si je dois,
Innocent, ne jamais mourir,
Ah ! Pourquoi donc as-Tu, pourquoi,
Chargé la Mort de me nourrir ?

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

La douceur implique le corps, c’est-à-dire l’idée et la sensibilité d’un corps que la douceur aurait éduqué, élevé, anobli. Sa puissance distillée par les sens.

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

“Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante, pour avoir cru, pendant des millénaires, que chutent les Anges par amour des filles belles, alors que le meurtre et la guerre passent pour héroïques et forts.

Les racines du ciel

Les racines du ciel

Il croit à la nature, y compris la nature humaine, que vous tous ne faites que calomnier, il croit que l’on peut encore agir, sauver quelque chose, que tout n’est pas irrémédiablement voué à la destruction.

Improvisations

Le soleil et la lune

Le soleil et la lune

La préférence pour la lune, le romantisme n’est-il pas toujours un moyen commode que nous nous donnons pour cacher notre peur de la vie – c’est-à-dire notre angoisse de la mort : fuir la vie de peur qu’elle ne se sauve ?

Esprit de système

Esprit de système

On a, sur un sujet donné, une idée lumineuse, et on cherche à donner à cette idée une portée générale ; et c’est alors que tout se brise, car la simplicité, l’élégance initiale, laissent place à quelque chose de lourd et de compliqué qui a perdu la vertu de l’idée première

Renaissance du monde

Renaissance du monde

Quand on voit, de ses propres yeux, le soleil se lever, on voit aussi la naissance du jour et l’on perçoit en son corps la renaissance du monde

Point aveugle

Point aveugle

C’est du fond de notre imperfection, quand elle est sue et acceptée, du fond de nos hésitations et de nos tremblements, du fond de notre faiblesse et grâce à elle, que nous pouvons le plus apporter aux autres.

Images

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire