Soissons (courte promenade)

Soissons, la ville du vase brisé.

J’avais gardé de mon enfance le souvenir, sans doute faux, ou confondu, d’une ville-rue, laide et grise ; je découvre tout autre chose : une ville où se croisent de grands boulevards et où se côtoient de grands hôtels particuliers.

Je découvre Saint-Jean des Vignes, cette grande façade éventrée aux extrémités de laquelle se dressent deux immenses clochers qu’on prend souvent pour ceux de la cathédrale.

De plus près, on voit que des détails demeurent. Ainsi, ces festons, cette gargouille ou cette statue représentant un homme au visage expressif monté sur une tête de bœuf :

Les restes de la nef et de la plupart des bâtiments de l’abbaye sont désormais parmi les herbes. Un peu plus loin, tout cela avait servi d’arsenal et de caserne. Les murs en gardent la trace.

Comparée à Saint-Jean des Vignes, la cathédrale Saint-Gervais et Saint-Protais, vraie cathédrale de Soissons, déçoit. Elle n’a ni l’immense beauté de la cathédrale de Reims, dont je parlerai bientôt, ni le charme romantique des ruines de Saint-Jean. Elle est froide et a perdu la plupart de ses atours. Ne reste plus que la majesté de l’envolée des colonnes et le transept droit, asymétrique et lumineux.

Il y a malgré tout, restaurée et nettoyée depuis peu, cette statue de vierge à l’enfant dont la simplicité touche.

Un peut plus loin, dans la ville, les pauvres restes de l’abbaye Notre-Dame de Soissons.

J’ai voulu aller voir Saint-Médard et sa crypte mais tout était fermé

Tant pis pour les Carolingiens.

Et au revoir Soissons.


Sans grande importance mais à signaler : Soissons a, comme beaucoup de villes de province, suivi la mode consistant à paver les rues.

C’est sûrement très bien pour le charme mais que cela est difficile pour qui circule à vélo !

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 2 autres abonnés

Aldor (le blog)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Toi qui m’as fait, Dieu, si je dois,
Innocent, ne jamais mourir,
Ah ! Pourquoi donc as-Tu, pourquoi,
Chargé la Mort de me nourrir ?

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

La douceur implique le corps, c’est-à-dire l’idée et la sensibilité d’un corps que la douceur aurait éduqué, élevé, anobli. Sa puissance distillée par les sens.

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

“Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante, pour avoir cru, pendant des millénaires, que chutent les Anges par amour des filles belles, alors que le meurtre et la guerre passent pour héroïques et forts.

Les racines du ciel

Les racines du ciel

Il croit à la nature, y compris la nature humaine, que vous tous ne faites que calomnier, il croit que l’on peut encore agir, sauver quelque chose, que tout n’est pas irrémédiablement voué à la destruction.

Improvisations

Les enchanteurs

Les enchanteurs

L’enchantement est la magie du chant, sa capacité à nous entraîner vers les abîmes lorsqu’il est chant des sirènes et vers les sommets du ciel lorsqu’il est chant des anges.

C’est mon droit !

C’est mon droit !

“C’est mon droit”… Tout est dans l’intention. Le droit est fait pour défendre, il est une armure. C’est en mésuser et le pervertir que de s’en servir comme d’une arme.

Cultiver notre jardin

Cultiver notre jardin

Il est tellement plus simple de refaire le monde que de faire son ménage, tellement doux de prétexter un monde à refaire pour ne pas faire le ménage chez soi !

Tayloriser les hommes puis les remplacer par des robots

Tayloriser les hommes puis les remplacer par des robots

On robotise les tâches pour pouvoir ensuite remplacer les hommes et les femmes qui les effectuaient par des robots.

Images

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire