Paris-Soissons

Paris-Soissons : 115 km (et non 141 !) en passant par la forêt de Retz et Villers-Cotterêts, en première étape de l’aller-retour Paris-Reims. Cela m’a pris une dizaine d’heures, ma vitesse moyenne, intégrant les pauses, étant toujours d’environ 10 km/h.

La sortie de Paris se fait par le canal de la Villette et le canal de l’Ourcq qu’on suit, sur une très agréable piste cyclable, sur une vingtaine de kilomètres : Pantin, Bobigny, Bondy, Sevran, où l’on traverse le parc de la Cartoucherie, Villeparisis, et l’on quitte le canal de l’Ourcq à Claye-Souilly.

On peut ainsi voir les petits bateaux électriques qu’on peut louer à la Villette :

les cordages qu’on trouve à Pantin :

les pêcheurs, çà et là :

les fleurs de Bobigny :

Plus on s’éloigne de Paris, plus le canal est verdoyant, arboré, rural, reposant :

On quitte ensuite l’Ourcq pour aller vers les champs de la Marne, les champs de bataille de la Marne, remplis de grandes cultures de blé, de cimetières, de nécropoles, de monuments aux morts.

C’est près d’ici, à Villeroy, près duquel on passe, qu’est mort Charles Péguy.

Tous ces champs de blé ! On se dit qu’en 14, c’était le même mois d’août, la même chaleur, la même lumière, la même beauté, la même végétation en fête , alourdie et ensommeillée par le soleil et par l’été.

Partout, des monuments. Ce sont les mêmes monuments aux morts que partout ailleurs mais ils sont élevés ici sur les champs de bataille.

Le monument aux morts de Réez-Fosse-Martin

Charny, Villeroy, Iverny, Monthyon, Gesvres-le-Chapitre, La Ramée, Fosse-Martin. Ce sont des villages où, en août et septembre 1914, on se battit autour de l’Ourcq.

Et puis, partout autour, la végétation : les grands champs de maïs à la chevelure rose, la tanaisie poussant le long des routes, des fleurs à n’en plus finir, parmi lesquelles le coquelicot fragile qui, en cette fin d’été, voit son rouge pâlir.

Quelques églises aussi, car elles sont plus solides que les hommes : « Ma maison est un lieu d’oraison » proclame ainsi une plaque apposée auprès du porche d’une de ces belles églises.

Plus loin, on commence à traverser la grande forêt de Retz, pleine d’eupatoire.

Puis c’est Villers-Cotterêts, la ville natale d’Alexandre Dumas, qui y a sa statue.

Au bout de la ville, au Nord-est, un calvaire grand et triste :

On traverse à nouveau ensuite la forêt de Retz, où l’on trouve Longpont, sur la place de laquelle s’élève la facade vide d’une grande église, reste d’une abbaye qui s’élevait là.

A Courmelles, l’église Saint-Georges recevait les derniers rayons du soleil et, autour de son clocher, les pigeons faisaient de grands cercles, révélant le noir et blanc de leurs ailes.

Arrivée, enfin, à Soissons. Je peux garer mon vélo dans la chambre.


Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par e-mail.

Rejoignez les 2 autres abonnés

Aldor (le blog)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Le Seigneur m’a dit de manger (de Marie Noël)

Toi qui m’as fait, Dieu, si je dois,
Innocent, ne jamais mourir,
Ah ! Pourquoi donc as-Tu, pourquoi,
Chargé la Mort de me nourrir ?

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

“Si la douceur était un geste, elle serait caresse”

La douceur implique le corps, c’est-à-dire l’idée et la sensibilité d’un corps que la douceur aurait éduqué, élevé, anobli. Sa puissance distillée par les sens.

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante…

“Faut-il que nous soyons corrompus de façon répugnante, pour avoir cru, pendant des millénaires, que chutent les Anges par amour des filles belles, alors que le meurtre et la guerre passent pour héroïques et forts.

Les racines du ciel

Les racines du ciel

Il croit à la nature, y compris la nature humaine, que vous tous ne faites que calomnier, il croit que l’on peut encore agir, sauver quelque chose, que tout n’est pas irrémédiablement voué à la destruction.

Improvisations

Les enchanteurs

Les enchanteurs

L’enchantement est la magie du chant, sa capacité à nous entraîner vers les abîmes lorsqu’il est chant des sirènes et vers les sommets du ciel lorsqu’il est chant des anges.

C’est mon droit !

C’est mon droit !

“C’est mon droit”… Tout est dans l’intention. Le droit est fait pour défendre, il est une armure. C’est en mésuser et le pervertir que de s’en servir comme d’une arme.

Cultiver notre jardin

Cultiver notre jardin

Il est tellement plus simple de refaire le monde que de faire son ménage, tellement doux de prétexter un monde à refaire pour ne pas faire le ménage chez soi !

Tayloriser les hommes puis les remplacer par des robots

Tayloriser les hommes puis les remplacer par des robots

On robotise les tâches pour pouvoir ensuite remplacer les hommes et les femmes qui les effectuaient par des robots.

Images

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire