Passer au contenu

Paris-Senlis

Une promenade qui commence par le canal de L’Ourcq et qui se termine par la forêt d’Ermenonville. 70 km environ, dit mon GPS, avec une grande montée à Dammartin-en-Goëlle. C’est avec ma  fille, ma grande fille, que cette fois-ci je suis parti.On sort de Paris par le canal de la Villette (en prenant le bon chemin et non le mauvais, comme je l’ai fait), et on suit le canal de l’Ourcq le long de Pantin, Bobigny, Bondy, passant sous les ponts pleins de couleurs. https://promenades.improvisations.fr/wp-content/uploads/2020/05/20200529_104909.mp4(Vidéo )

Par moments, le chemin s’éloigne du canal mais il y revient vite. Livry-Gargan, Sevran.
A Sevran, le chemin passe ordinairement par le Parc de la Cartoucherie mais celui-ci était fermé,  confinement oblige, et nous en avons longé les grilles. Merci aux bonnes âmes qui ont signalé de rose fluo les morceaux de fer surgissant du sol et qui pourraient faire éclater les pneus ! https://promenades.improvisations.fr/wp-content/uploads/2020/05/20200529_114714.mp4(Vidéo)


On continue ainsi, suivant le canal, jusqu’à Claye-Souilly. Et là,  on oblique vers le nord, vers Gressy. Au bout d’un lotissement,  derrière une barrière, s’ouvre un chemin, qu’on prend.

On arrive bientôt à Compans, avec son église Notre-Dame de l’Assomption, ouvrant sur la route.


On passe ensuite à Thuieux, à Juilly, à Saint-Mard, calmes villages qui ne présentent pas de grande spécificité.



Puis, après Saint-Mard, commence la longue montée vers le sommet de la butte de Dammartin-en-Goëlle.

Arrivé en haut, on prend un petit sentier qui redescend de l’autre côté, devient rue d’un lotissement puis route traçant droit vers le nord.
C’est là que nous nous sommes arrêtés pour déjeuner, près dun champ où poussaient je-ne-sais-quoi, peut-être des blettes.
Continuant notre chemin, nous sommes arrivés à Ève.

Ève a un joli nom et abrite une église quelque peu biscornue, avec un grand clocher,  Notre-Dame d’Ève.

La mairie-école est mignonne.


Plus loin, Ver-sur-Launette, avec sa jolie église Saint-Denis sous le porche duquel des hirondelles ont bâti de nombreux nids, d’où elles s’échappent en piaillant, anges noirs et blancs parmi les anges de pierre sculptés dans les voussures.


C’est à Ver-sur-Launette qu’on quitte la route pour prendre à gauche un chemin, le chemin de Senlis, qui s’enfonce bientôt dans la forêt d’Ermenonville.


La forêt est diverse. On passe devant une maison bleue, de grandes parcelles dans lesquelles les arbres sont espacés, d’autres dans lesquelles ils sont resserrés.
https://promenades.improvisations.fr/wp-content/uploads/2020/06/20200529_153021.mp4(Vidéo)

Plein de fougères qui déploient leurs branches et de délicates feuilles de ronces.

A un moment,  on croise une baraque Chaâlis, puis la route s’enfonce à nouveau dans la forêt.
A la sortie de la forêt, on avance quelque temps dans une plaine mais le panneau Senlis apparaît vite.


Et on arrive dans la ville en passant deux jolis ponts dont le deuxième franchit la Nonette.


https://promenades.improvisations.fr/wp-content/uploads/2020/06/20200529_162643.mp4(Vidéo)

Nous sommes arrivés.

2 Commentaires

Laisser un commentaire