Je l’avais complètement oublié mais c’est à Noyon que Charlemagne a ete fait roi de Neustrie ; a Noyon aussi que Hugues Capet a été couronné roi de France. L’actuelle cathédrale Notre-Dame de Noyon succède aux cathédrales mérovingienne et carolingienne ou ces événements se déroulèrent.

Comme celles de la cathédrale de Chartres, les hautes tours de la cathédrale de Noyon se voient de loin. Je les avais ainsi aperçues, au tournant dune route, dans mon trajet depuis Douai.

Ces tours ont de grandes ouvertures verticales qui les rendent très reconnaissables, sinon très belles. Il en va de même du fronton, rendu d’autant plus sévère qu’il a, pendant la Révolution, été dépouillé de ses statues et décorations. Reste un porche qui bée.

L’intérieur de la cathédrale est ample. Hautes croisées gothiques s’élevant sur plusieurs niveaux et, au fond du choeur, perchée sur une galerie, une vierge à l’enfant.

C’est le chevet toutefois, et les bâtiments épiscopaux qui l’entourent, notamment la bibliothèque de bois, qui font la richesse de Noyon.

Et puis, par-dessus tout, les quelques sculptures qui demeurent dans le cloître ou sous les porches.

Noyon est aussi la ville natale de Jean Calvin qui officia comme chanoine dans la cathédrale alors qu’il était enfant.