Passer au contenu

Bourges, les Marais, les églises, les remparts, le palais Jacques Coeur : tout sauf la cathédrale

Sur le chemin de Compostelle, venant de Sens et de Vézelay, je suis passé par Bourges et m’y suis arrêté une journée, ce qui va bien pour cette ville pleine de choses à voir.

Ce que je connaissais le moins, ce que je ne connaissais pas, ce sont Les Marais, les marais de l’Yèvre et de la Voiselle, ce grand espace de jardins potagers, cette sorte de polder d’eau douce, fait de rivières et de canaux qui se croisent et s’entrecroisent au presque centre de la ville.

Il y a plusieurs manières d’y accéder. J’ai pris le chemin passant par Saint-Bonnet, la rue neuve des Bouchers et la rue Voltaire.

Une fois passé le Faux-Pallouet, on entre dans le royaume des fleurs.

Puis on peut longer la Voiselle, que bordent des jardins.

Et partout, la Voiselle ou l’Yèvre, des canaux et des barques à fond plat pour s’y déplacer, des poissons et des canards.

https://promenades.improvisations.fr/wp-content/uploads/2021/07/20210605_142049.mp4

Bourges, c’est aussi le palais de Jacques Coeur.

J’ai, comme tout le monde je pense, admiré l’élégance du bâtiment, et aimé la cheminée du salon d’apparat et son linteau joliment décoré de figurines, des singes notamment.

Le reste, quoique beau, m’a laissé plus indifférent. Ces grandes pièces vides sont froides, et il y manque la joie, l’apparat, les bruits, les chuchotements, la richesse qui les auraient peuplé si Jacques Coeur avait pu y vivre, s’il y vivait encore.

J’ai cependant apprécié, dans la cour, cette gargouille en forme d’homme hurlant d’effroi (ou peut-être plutôt de peine) que, comme tout le monde probablement, j’ai intérieurement comparé au Cri, de Munch.

Le centre de Bourges est fait de vieilles maisons entre lesquelles passent de vieilles rues pavées. Elles n’ont pas dû beaucoup changer depuis le XVIIIè siècle.

Le centre de la ville est enserré dans un rempart romain que bardent encore quelques tours. C’est d’ailleurs sur l’une d’elles que fut bâtie la première cathédrale (et le palais de Jacques Cœur).

La ville a plusieurs grandes églises. L’une, l’église Notre-Dame, est bizarrement faite et paraît menacer ruine, de ses fondements à son clocher, recouvert d’un filet.

Au sud-ouest du centre, l’église Saint-Pierre, simple, est très belle.

Et puis il y a la cathédrale Saint-Etienne, magnifique, dont je parle dans le prochain post.

Laisser un commentaire